Interview : Patrick Farrié
Sama Fishing
Présentation
SAMA FISHING est une entreprise espagnole spécialisée dans la distribution de produits pour les pêches des carnassiers aux leurres (leurres souples Bass Assassin, Zoom, Lunker city par exemple).


Pecheweb : Bonjour Patrick. On connaît surtout Sama fishing pour ses produits destinés à la pêche des carnassiers d’eau douce, et plus particulièrement du black Bass. Que pensez-vous du détournement des leurres souples type Black bass vers la mer ?
Patrick Farrié (P.F.) : Le premier point à rappeler est que le bar et le Bass sont cousins germains !
Non seulement ils ont des origines communes, mai aussi des attitudes similaires quant à leur façon de se nourrir et donc de s’attaquer aux proies. Pourquoi les leurres destinés à l’un ne fonctionneraient-ils pas pour l’autre ? Surtout que certains leurres présentent des caractéristiques visuelles (imitations de lançons) et techniques (imprégnation de sel) particulièrement adaptées
 
Pecheweb : Pensez-vous qu’on est en train de vivre un tournant dans la pêche du bar ?
P.F. : Non, pas de tournant ni de révolution. Par contre, ce qui est sûr c’est que le leurre souple n’en est qu’à ses prémices en mer. Il permet de prospecter de nouvelles zones de pêche, de combler un trou laisser par les leurres durs : pêche dans les laminaires, grandes profondeurs, spots surpêchés … Et les premiers essais sont vraiment concluants.
 
Pecheweb : Peut-on parler d’engouement ?
P.F. : Non pas encore, plutôt de forte tendance pour l’instant. Il est difficile de faire comprendre à un pêcheur lambda, qui arrive tout juste à maturité dans son esprit quant à la pêche du bar aux leurres durs (pencils, jerks, crancks…), que des bouts de plastique à un euro pièce peuvent prendre du bar ! Surtout quand on lui a dit qu’il n’y avait rien de mieux que ses leurres durs à 20 € pièce !!! De plus, ça l’oblige à nouveau à changer de technique, à s’adapter et à se remettre à nouveau en cause. Pas facile !!! Attention cependant à ne pas croire que le LS est la solution miracle lorsque le bar ne mord pas !!! Bien souvent, il s’agit plus d’adaptation du leurre au conditions qu’un problème de leurre plus ou moins bon.
 
Pecheweb : Un peu comme avec le bait casting ?
P.F. : Tout à fait. Le problème en France, c’est que l’on cherche à chaque fois à changer d’arc, plutôt que d’avoir plusieurs cordes à son arc. Le bait casting et les LS en mer sont des techniques qui répondent à des besoins particuliers et spécifiques : pas des techniques révolutionnaires qui vont permettre d’être meilleur pêcheur que son voisin. C’est la bonne analyse de la situation de pêche qui déterminera la technique et les leurres à utiliser. Certains pêcheurs l’on bien compris !!!
 
Pecheweb : En fait, ce que vous me dites, c’est qu’il faut révolutionner l’idée de la pêche plus que le matériel ?
P.F. : : C’est tout à fait ça. Le LS, par exemple, permet d’avoir une nouvelle approche de la pêche et surtout d’ouvrir la voie à une nouvelle génération de pêcheurs. Il apporte une ouverture d’esprit sur les formes et les couleurs et montre que nous pêcheurs ne sommes toujours pas prêts de maîtriser le comportement du poisson, et c’est tant mieux ! Ce que nous croyons comprendre un jour se révèle totalement faux le lendemain. Le LS participe au côté sportif : traque, prise, relâche.
 
Pecheweb : Qu’entendez-vous par « nouvelle approche » ?
P.F. : L’avenir de la pêche passe par deux choses : la préservation du milieu et le changement de l’image du pêcheur. C’est vrai que les dernières évolutions qui ont eu lieu dans le domaine de la pêche, qu’elles soient techniques, technologiques ou événementielles, contribuent à l’évolution de la pêche dans le monde. De par la communication qui est faite autour, on constate déjà le changement de mentalités : inscriptions au dos des emballages (« relâchez vos prises »), photos de cadavres bannies des magazines…
 
Pecheweb : Quelles seraient selon vous, les choses à mettre en place pour pérenniser la pêche aux leurres, en mer ou en rivière.
P.F. : Que ce soit dans le domaine sportif, économique ou politique, l’individu a besoin d’idoles : c’est pareil pour la pêche. Quelqu’un comme Kevin Van Dam, aux USA, a fait plus à lui tout seul en dix ans pour la préservation du milieu et le développement de la pêche récréative que tous les gouvernements des USA réunis !!!
La compétition par exemple est un vecteur d’image important : équipements ultra modernes, tenues flashies, respect des poissons et de l’environnement…
Il manque en France des gens capables de montrer, informer, conseiller : des vrais professionnels capables de donner envie. Des idoles quoi !!! Mais des idoles responsables, et surtout professionnelles : des pêcheurs acteurs quant à la protection des espèces, acteurs quant à la diffusion du savoir, acteur quant à la promotion de leur sport, acteur quant aux soutiens des associations de pêche… Et pas des idoles simplement parce qu’ils ont pris plus de poissons que le voisin.
Il existe beaucoup de très bons pêcheurs mais peu de très bons formateurs !!! La survie de la pêche dans les années à venir passe par la connaissance du milieu et des techniques. Plus on prend du poisson plus on apprend à la connaître et à le respecter…et plus on le respecte, plus on en prend.

Mais c’est également à chacun de nous de faire en sorte que les générations futures prennent toujours autant de poisson en leur montrant l’exemple. Mais aussi en se prenant chacun par la main et en expliquant au voisin pourquoi il faut préserver et comment le faire.
 
Pecheweb : Merci beaucoup Patrick et plein de bonnes choses pour 2004.
P.F. : Merci à vous et plein de jolis bars à tous les Pechewebnautes
 
Photos des leurres extraites du magazine de la marque. 

Pour réagir à propos de cette interview sur le forum, cliquez ici.


© 2003-2017 PecheWeb.com _ Vic