Interview : Tanguy Marlin
Lucky Craft France
Présentation
Tanguy Marlin est responsable de Lucky Craft France. Il est également excellent pêcheur de Black Bass, qu'il pêche principalement en baitcasting, et participe à de nombreuses compétitions en bateau.


Pecheweb : Bonjour Tanguy. Connais-tu PecheWeb.com ? Qu’en penses-tu ?
Tanguy Marlin (T.M.) : Oui, depuis peu. Je suis allé quelques fois sur le site et c'est vraiment sympa. Il y règne une ambiance très agréable, sans prise de tête, en plus du fait d'être très pointu techniquement. Bravo à Florian et Guillaume.
 
Pecheweb : Et si tu devais améliorer un point.
T.M. : Si j'avais une remarque à apporter, je trouve que le site devrait encore progresser au niveau "déco".
 
Pecheweb : En ce début d'année, peux-tu nous parler un peu des nouveautés Lucky Craft ? Quels objectifs pour 2004 ?
T.M. : La politique de Lucky craft est de proposer des nouveautés bien abouties, et qui soient dans la continuité de ce qui existe déjà. En général, Lucky craft ne sort pas plus de 10 à 12 nouveautés par an, et la bonne moitié correspond à du travail d'évolution pour améliorer la gamme existante. 2004 ne déroge pas à la règle.
Ainsi, il y a eu sur 2003 un très gros travail sur les différentes évolutions du Flashminnow. Ce leurre, aujourd'hui reconnu pour ses qualités se devait d'évoluer à la fois dans les coloris mais aussi et surtout dans les tailles. Lucky est aujourd'hui en mesure de proposer un flash 95MR et un flash 130 aussi performants en distance de lancer que le 110 (voir même plus), et cela dans des tailles et des poids différents. Cela est très important car les carnassiers, marins ou pas, sont parfois sélectifs sur les proies et le pêcheur doit pouvoir adapter son leurre en fonction sans pour autant perdre les qualités de base (distance de lancer, par exemple, qui est primordiale pour les pêcheurs en mer). La mise au point de ces deux leurres a pris pas mal de temps car l’objectif était bel et bien de ne rien perdre des qualités du flash 110. Adapter un leurre est parfois plus difficile que d'en créer un nouveau.
 
Pecheweb : On a pu voir un nouveau concept de leurre articulé arriver en 2003. Peut-on prévoir une suite ?
T.M. : Oui, le concept est repris pour être travaillé et amélioré. Je travaille actuellement (le projet est quasiment abouti) sur un « SASARA Flashminnow » en 120. C'est le dernier tiers du leurre qui est articulé. Pas mal de travail mais le leurre devrait apporter un plus certain de par sa forme et sa taille qui correspondent bien aux besoins des pêcheurs, et en particulier des pêcheurs de bar, et cela sans perdre de ses qualités de base (distance de lancer et nage). Comme je le disais auparavant, l'année 2004 sera placée surtout sous le signe de l'évolution. Des évolutions du flasminnow, notre leurre n°1, afin d'être encore plus performant : 85, 95, 110, 120 articulé, 130. De quoi couvrir pas mal de situations et répondre aux besoins et exigences des pêcheurs les plus pointus !!! Sans oublier les nouveautés en leurres eau douce tels que le Keroll junior, le Splash tail et le Wake tail.
                        
 
Pecheweb : Et pour la gamme ESG Enjoy Saltwater Game (en français "Amusez-vous avec la pêche sportive en Mer") ?
T.M. :

Continuité sur les cannes qui viennent d'arriver un peu partout. Pour ce qui est de la gamme leurres ESG (B freeze long bill, par exemple), elle est pour le moment réservée au japon. Je n'ai pas assez de recul sur les produits pour connaître les avantages qu'elle peut apporter dans les eaux françaises. Un leurre peut s'avérer très bon au japon et ne pas être apprécier ni des bars français ni des pêcheurs français. Donc pour le moment, stand by.
 
Pecheweb : On pourra voir tout ça à Nantes ?
T.M. : Bien évidemment, vous pourrez voir les nouveaux leurres à Nantes, de nouveaux coloris, tester les cannes ainsi que de nouvelles casquettes. Nantes est devenu le salon à ne pas louper, un très gros événement au niveau européen.
 
Pecheweb : Comme le montre le salon de Nantes, la pêche du bar aux leurres se développe à grande vitesse ? Que penses-tu de ce développement ?
T.M. : On assiste de plus en plus à une spécialisation du pêcheur. Le pêcheur est de moins en moins polyvalent, et ne pêche quasiment plus que d'une seule manière. Plus technicien (matériel) qu'auparavant, il recherche la nouveauté et devient très volatile. Ce côté exigeant oblige les fabricants à encore plus de professionnalisme. Ainsi, l'effet de mode « made in Japan » va s'estomper et seuls les produits réellement performants pourront survivre. De toute façon, il ne faut pas oublier que même le pêcheur le plus technicien doit d'abord et avant tout être pêcheur, dans le sens connaissance du milieu et des poissons. En effet, tout le monde a conscience que le milieu se dégrade, et que la pêche va devenir de plus en plus difficile, à la fois en terme de quantité, mais aussi et surtout en termes de technicité et de « savoir faire » du pêcheur.
 
Pecheweb : Tu parles de dégradation du milieu mais quelles sont selon toi les actions concrètes à mettre en place pour faire en sorte que la ressource soit protégée et stopper, ou tout du moins freiner cette dégradation ?
T.M. : Il y en a plusieurs, comme les actions menées par le CBE, par exemple. Mais ces actions ne serviront à rien si chacun de nous ne prend pas ses responsabilités en limitant ses prélèvements, en protégeant la faune et la flore (est-ce normal de balancer des sacs plastiques à la mer ?) et le plus important, en enseignant cela à ses enfants et petits enfants. C'est ça être pêcheur !!! Il ne s'agit pas d'être « écolo » mais simplement citoyen.
Le CBE fait du très bon boulot, mais aujourd'hui, ce boulot ne sert à rien si chacun de nous n'agit pas directement et si la mobilisation n'est pas générale : on est plus forts unis. Les instances écoutent plus facilement des pêcheurs unis qui s'expriment clairement et prouvent par leurs actes!!!
 
Pecheweb : En parlant de rassemblements, penses-tu que des manifestations telles que l'open bar des Abers soient de bons vecteurs ?
T.M. : Oui bien sûr. Lorsque des pêcheurs se réunissent pour exprimer leur passion dans un cadre convivial et respectueux de l'environnement, cela ne peut qu'être bénéfique. L'image du pêcheur assis avec son kill de rouge en prend un sacré coup, et c'est tant mieux : l'aspect sportif permet de faire passer des messages clairs et crédibles. La médiatisation des messages est importante.
 
Pecheweb : Merci beaucoup Tanguy pour ces quelques instants accordés et à bientôt sur www.PecheWeb.com
T.M. : De rien, merci à PecheWeb.com. Continuez comme ça !!!
 
Photos extraites du site officiel de la marque. 

Pour réagir à propos de cette interview sur le forum, cliquez ici.


© 2003-2017 PecheWeb.com _ Vic